Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réchauffement : septembre 23, un ovni météorologique

Réchauffement : septembre 23, un ovni météorologique.

Les pluies d’automne, longues, régulières, abondantes, sont revenues. Nous sommes dans courant zonal donc sous un régime de vents d’ouest. La solide dépression d’Islande ntraîne les perturbations dans son carrousel, et l’anticyclone des Açores est loin sur l’Atlantique. Il ne peut faire obstacle.

 

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluiesVivent les tempêtes

Les sols regagnent de l’humidité, du moins pour les premiers 50 centimètres. On peut le constater en comparant l’image 2 de ce jour et l’image 3 du 20 août dernier.

Il en faudra encore davantage pour recharger les nappes aquifères profondes. Actuellement le courant d’ouest s’est donc rétabli. Il entraîne des masses d’air humides. Elles produisent des pluies prolongées et généreuses.

L’image 1 montre les vents d’altitude, les jet stream ou courants jet, en rouge, vers 10 000 mètres d’altitude (clic pour agrandir). Le courant jet polaire en haut est bien continu du Canada à l’Oural. Il n’est cependant pas rectiligne, il y a quelques tourbillons et ruptures. Une bonne configuration pour permettre le mélange des masses d’air et la descente progressive d’un air plus froid.

Les coups de vent et tempêtes récents ont aussi brassé l’air sur de vastes surfaces et jusqu’en hauteur. De quoi chasser et diluer l’air chaud qui stagnait depuis l’été. Vivent les tempêtes! Et vive la pluie.

 

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluiesSeptembre

Justement, cette masse d’air chaud a été signalée comme anormalement chaude. D’abord il faut savoir que depuis El Niño de 2015 et la forte poussée de chaleur qui s’en est suivie, les températures n’ont pas augmenté. Elles ont même très légèrement baissé, comme le montre l’image 4.

Cette image 4 vient de l’USCRN, ou US Climate Reference Network. Il s’agit d’une compilation de relevés sur le long terme, publiée par la NOAA, l’Agence météo nationale. Ce sont les températures au sol. Or on sait que les îlots de chaleur urbains ont une influence sur les moyennes.

L’USCRN a donc choisi dans les données officielles de la NOAA un réseau de 114 stations réparties sur le territoire. Elles ont la particularité d’être placées idéalement dans la nature et ne sont pas corrompues par les environnements urbains. Le maillage est moins serré, ce qui justement évite les anomalies trop locales.

La question des stations et de la qualité des relevés est très importante. Un rapport détaillé et illustré a été établi en 2009. Il vient d’être actualisé en 2022. Il montre l’ampleur du problème des stations aux USA (quelques exemples en fin de note).

 

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluiesDonnées corrompues

« Le rapport de 2009 a révélé que 89 % des stations étaient inacceptables selon les normes de la NOAA. Le rapport de 2022 a révélé qu'un pourcentage encore plus élevé de stations - environ 96 % - sont situées de manière inacceptable.

L'enregistrement officiel des températures aux États-Unis, dont il a été démontré en 2009 qu'il était faussé par la chaleur en raison de problèmes d'implantation, semble être encore plus biaisé en 2022. »

Tout dans ce rapport est établi à partir des données officielles de la NOAA. C’est sourcé et entièrement vérifiable. Et c’est catastrophique. Les chiffres des températures US sont altérés et poussés à la hausse par ces biais, de 1° à 5° selon les stations. La NOAA n’en fait pourtant jamais mention, alors que n’importe qui peut vérifier le contenu du rapport.

Regardons ensuite l’image 5, qui est le relevé des anomalies de température relevées par satellite. La référence 0 est la moyenne 1990-2020. Ce qui est indiqué à gauche est le dépassement de la référence.

Les températures relevées par satellites sont en général plus basses que celles relevées au sol, car non biaisées par les stations mal placées et les îlots de chaleur urbains. Elles sont donc à mon avis plus fiables sur l’évolution générale des températures. L’image 6 montre la différence entre stations mal placées et stations correctes: 3,24°C en moyenne!

 

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluiesZonal

Sur les relevés par satellites on voit l’influence des El Niño de 1998, 2010, 2015, qui ont délivré un supplément de chaleur à chaque fois durable, même si après chaque pic on devine une légère tendance à la baisse. Et l’on constate cette étrangeté: le pic de septembre 2023. Les températures ont excédé de 0,9°C la moyenne de septembre. C’est beaucoup. À quoi est-ce dû?

Selon l’éminent spécialiste John Christy, c’est un effet du nouvel El Niño, sur un océan déjà plus chaud que la moyenne, et des terres également très chaudes. Les régions les plus chaudes en septembre sont au-dessus des terres: Canada, Europe et en partie l’Asie. En Europe la sécheresse a favorisé l’échauffement des sols qu’aucune humidité n’a tempéré.

El Niño est de retour, plus précoce qu’attendu. Mais dans une grande partie de l’Europe les masses d’air chaud ont reculé et laissé place au courant zonal d’ouest et de nord-ouest, porteur d’air plus frais.

 

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluiesEmpirique

Cette année il y a eu du franchement chaud mais pas de canicule longue comme en 2003. Entre les pics caniculaires il y a eu une chaleur permanente, et surtout un manque d’eau pour rafraîchir.

Au printemps par contre il y a eu des périodes fraîches, sous les normes. Côté vent, la bise a été sensiblement plus présente ainsi que les vents d’ouest qui ont parfois pris le dessus sur les vents de sud-sud-ouest, porteur des vagues de chaleur.

Mon observation est que, très lentement, les régimes de vents changeraient.  Ce n’est pas statistique, c’est empirique appuyé par quelques roses des vents à différentes périodes, mais un météorologue pourrait étudier cela.

J’y reviendrai. Je continue à creuser ce qui est compatible avec une explication purement réchauffiste ou avec des cycles naturels, et quelle est la part du CO2.

En attendant voyons ce que novembre va nous réserver.

 

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluies

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluies

 

réchauffement,septembre,el nino,stations meteo,courant zonal,pluies

 

 

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat, Météo 1 commentaire

Commentaires

  • Monsieur Goetelen,
    Voilà qui fait du bien, du rationnel dans ce monde de l'émotionnel. De la rétrospective contre l'instantané. Eh oui, tout est cyclique, le monde respire, il est vivant !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel